Sentiments doux-amers et vague à l'âme musical (café musical #46)

Fil d'ariane

giorgionemelancoliedebchroniq

 Et si un certain mal de vivre devenait, par la musique, un art de vivre ?

Blues afro-américain, tezeta éthiopienne, saudade du fado portugais, hüzün turc, kaba albanaise, Sehnsucht des romantiques allemands : autant de noms associant quelque trouble de l'âme à une expression musicale, autant de manières de faire de la beauté avec sa tristesse.

Faisons donc nos délices de la plainte mystique de la flûte ney des soufis, des pleurs de la clarinette albanaise, de l'impétuosité inquiète du tango, de la rêverie languide (le temps comme suspendu) du quintette de Schubert, des délectations morbides de Carlo Gesualdo, de l'élégance mélancolique d'un Nick Drake, et du vague-à-l'âme trépidant des Buzzcocks.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.