Les chroniques de l'Orangerie #3

Fil d'ariane

La Peste Ecarlate Jack London Lecture en confinement…

La peste écarlate de Jack London

 

 

En cette période de confinement, certains romans ont eu un regain d’intérêt pour de nombreux lecteurs. Ainsi, issus de bibliothèques personnelles ou sur Internet, a-t-on pu voir défiler des références ou conseils de lecture tels que La Peste d’Albert Camus, Le Décameron de Boccace, Le Fléau de Stéphan King , La quarantaine de Le Clezio ou encore Le sixième jour d’Andrée Chedid.

Parmi tous les titres proposés se trouve La Peste écarlate de Jack London. L’auteur de Croc-Blanc et de l’Appel de la Forêt signe ici un roman d’anticipation où il jette un regard critique sur la société et le genre humain après une catastrophe.
Ainsi, en 2073, un ancien professeur d'université erre en compagnie de ses petits-enfants, revêtus de peaux de bêtes, dans la baie de San Francisco, ravagée soixante ans auparavant par un terrible fléau : la peste écarlate. Cette maladie frappait alors toutes les parties du globe, toutes les couches de la société : rien ni personne n’était épargné. Elle est contagieuse, aux effets spectaculaires et rapide et s’avère très souvent mortelle.
Les rares survivants tentent de raconter le monde d'avant. Peine perdue : les avancées technologiques restent lettre morte pour des enfants qui ne savent même pas lire ni compter. La seule issue est de reprendre depuis les commencements la marche vers la civilisation perdue. Pour cela, le grand-père a réuni, conservé et protégé tous les livres qu’il a pu dans l’espoir que le savoir des siècles passés soit préservé…
Jack London dessine un univers dystopique dans lequel l’homme est redevenu une proie, où la cruauté règne, où art et culture ont disparu…

Quelques extraits  : 

"L’homme a, sur cette planète, domestiqué les animaux utiles détruit ceux qui étaient nuisibles. Il a défriché la terre et l’a dépouillée de sa végétation sauvage. Puis , un jour, il disparaît et le flot de la vie primitive est revenu sur lui-même, balayant l’oeuvre humaine" (chapitre 1)
"Tout d’abord, on ne s’alarma pas outre mesure. Il n’y avait eu que quelques morts, les décès cependant avaient été très prompts" (chapitre 3)
" Beaucoup de gens ne se rendaient pas compte de l’accélération du coeur ni de la hausse de leur température. Ils n’étaient avertis qu’au moment où l’éruption se manifestait" (chapitre 3)
"Mais la Peste continuait à gagner. Toutes les chambres isolées s’emplissaient successivement de morts et de mourants. Ceux qui étaient sains encore, abandonnant le première étage, se retirèrent au second. Puis ils montèrent au troisième , devant cette marée de la mort qui, chambre par chambre, étage par étage, submergeait tout l’édifice" (chapitre 4).

 

  • Un court roman à lire et/ou (re)découvrir sans attendre. Il est disponible gratuitement en PDF à partir de ce site : La peste écarlate de Jack London
  • Lorsque le réseau des médiathèques sera à nouveau opérationnel, vous pourrez le trouver au rayon jeunesse de la médiathèque V. Larbaud => Cliquez-ici

 

Kathleen LC

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.