Un conseil de lecture (jeunesse) ? #4

Fil d'ariane

Et le desert disparaitra accueil

Samaa vit sur une Terre ravagée : du désert à perte de vue.

Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko aux éditions Flammarion

 

 

Samaa, jeune fille de 12 ans, vit sous une tente avec les siens dans l’immense désert qu’est devenue la Terre. « Il n’y a que le sable comme une nappe posée par un géant parti depuis trop longtemps ». Pour survivre, sa tribu vit d’une chasse particulière… Ils chassent les rares arbres, survivants dans des trouées, qu’ils échangent contre de l’oxygène et de l’eau gélifiée enrichie. Samaa, qui n’est plus à sa place avec les enfants mais n’est pas encore acceptée parmi les femmes adultes, rêve de devenir chasseur comme l’était son père. Malheureusement pour elle, cette activité est réservée aux hommes.

En attendant de réaliser son rêve, Samaa doit s’occuper de l’Ancienne qui s’est mise à l’écart pour attendre la mort. Samaa pense que l’Ancienne est folle car elle parle de choses qui n’existent plus (mais ont-elles existé ?) comme les insectes, les animaux, les feuilles d’arbres. Pourtant, seule l’Ancienne sait qu’il faut préserver les arbres. Elle supplie alors Samaa de les sauver car ils sont l’âme de la planète. Elle lui explique : « Mort un arbre ne vaut rien. Vivant, il est la vie ».

Le jour tant attendu pour Samaa arrive enfin. Les chasseurs repartent pour plusieurs jours, elle les suit de loin espérant se faire accepter lorsqu’ils seront loin du camp. Malheureusement elle les perd, se perd et se retrouve au fond d’une faille où elle découvre un arbre, une mare d’eau ainsi qu’une drôle de compagnie. Au fil des jours, elle fait connaissance avec l’arbre, cherche à comprendre comment il survit, suit ses racines. Elle comprend qu’elle est à l’abri du soleil cuisant grâce à lui et connait la pluie pour la première fois de sa vie.
Mais comment sortira-t-elle de ce gouffre ?


A travers des descriptions emplies de poésie et une belle écriture, Marie Pavlenko nous offre ici une fable écologique où la relation de l’homme avec la nature retrouve sa simplicité. C’est un hymne à la Terre qui nous met face à nos inquiétudes d’aujourd’hui mais l’espoir reste présent.

 Elsa

Et le desert disparaitra accueil

Samaa vit sur une Terre ravagée : du désert à perte de vue.

Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko aux éditions Flammarion

 

 

Samaa, jeune fille de 12 ans, vit sous une tente avec les siens dans l’immense désert qu’est devenue la Terre. « Il n’y a que le sable comme une nappe posée par un géant parti depuis trop longtemps ». Pour survivre, sa tribu vit d’une chasse particulière… Ils chassent les rares arbres, survivants dans des trouées, qu’ils échangent contre de l’oxygène et de l’eau gélifiée enrichie. Samaa, qui n’est plus à sa place avec les enfants mais n’est pas encore acceptée parmi les femmes adultes, rêve de devenir chasseur comme l’était son père. Malheureusement pour elle, cette activité est réservée aux hommes.

En attendant de réaliser son rêve, Samaa doit s’occuper de l’Ancienne qui s’est mise à l’écart pour attendre la mort. Samaa pense que l’Ancienne est folle car elle parle de choses qui n’existent plus (mais ont-elles existé ?) comme les insectes, les animaux, les feuilles d’arbres. Pourtant, seule l’Ancienne sait qu’il faut préserver les arbres. Elle supplie alors Samaa de les sauver car ils sont l’âme de la planète. Elle lui explique : « Mort un arbre ne vaut rien. Vivant, il est la vie ».

Le jour tant attendu pour Samaa arrive enfin. Les chasseurs repartent pour plusieurs jours, elle les suit de loin espérant se faire accepter lorsqu’ils seront loin du camp. Malheureusement elle les perd, se perd et se retrouve au fond d’une faille où elle découvre un arbre, une mare d’eau ainsi qu’une drôle de compagnie. Au fil des jours, elle fait connaissance avec l’arbre, cherche à comprendre comment il survit, suit ses racines. Elle comprend qu’elle est à l’abri du soleil cuisant grâce à lui et connait la pluie pour la première fois de sa vie.
Mais comment sortira-t-elle de ce gouffre ?


A travers des descriptions emplies de poésie et une belle écriture, Marie Pavlenko nous offre ici une fable écologique où la relation de l’homme avec la nature retrouve sa simplicité. C’est un hymne à la Terre qui nous met face à nos inquiétudes d’aujourd’hui mais l’espoir reste présent.

 Elsa

Extrait

 « - Parfois j’ai envie d’y croire, moi à ce monde. Tu sais pourquoi ?
Je fais non.
-Parce que, s’il a existé, il peut renaître »

  • Pour voir si ce livre est disponible à la médiathèque ou pour le réserver => Cliquer-ici

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.