La vie rêvée de A.-O. Barnabooth de Valery Larbaud

Fil d'ariane

"La vie rêvée de A.-O. Barnabooth m'a toujours donné envie de partir" écrivait le regretté Michel Déon.

Archibald Olson Barnabooth, héros littéraire né à Campamento (Amérique du Sud). Son métier ? Rentier et voyageur ! En effet, avec une fortune de 10 450 000 livres sterling de revenu, tout est permis !

L'art, la littérature, les voyages et les femmes remplissent la vie de ce jeune américain, mais également l'apprentissage du cynisme, de la goujaterie et de l'indifférence de ses interlocuteurs.

Valery Larbaud a 32 ans lorsqu'il publie en 1913 A. O. Barnabooth : ses œuvres complètes, c'est-à-dire un conte, ses poésies et son journal intime. Cinq ans auparavant ont déjà paru Poèmes par un riche amateur ou Oeuvres françaises.
S'il s'est inspiré de sa vie pour créer ce personnage, il serait faux de penser qu'il s'agit de son autobiographie.

Barnabooth se lit comme une vie rêvée. A l'abri de son personnage, l'auteur plutôt timide, fait l'expérience d'une existence qu'il a effleurée et dont la magie le fascine.

Notre collègue Florian Diou a choisi de vous lire un extrait du journal intime de Barnabooth, où Valery Larbaud fait volontiers preuve de provocation.

Découvrez-le, mais attention, vous pourriez avoir envie de faire vos bagages !

Martine

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.