Les Fonds patrimoniaux ont aussi leur (modeste)...

Fil d'ariane

Les Fonds patrimoniaux ont aussi leur (modeste) « Cabinet des médailles » !

De récents dons sont venus enrichir la petite collection de médailles des Fonds patrimoniaux. Parmi elles, la médaille commémorative bien connue, dessinée par André Gervais en hommage au graveur vichyssois Paul Devaux (1894-1949). Celle-ci a été offerte par Alain Devaux, petit-fils du graveur, à l’occasion du 30e anniversaire de la Médiathèque. Sur une face figure le profil de Paul Devaux, tandis que sur l’autre, André Gervais a reproduit le bois gravé du « Vieux moulin ». Cette médaille avait été éditée par souscription à 500 exemplaires par la Monnaie de Paris, vers 1950.

Paul Devaux

André Gervais, de son véritable nom Stéphane Amédée Pannetier (1891-1962), né à Commentry, fut comme Paul Devaux mobilisé et blessé pendant la Grande guerre. Devenu journaliste il milita pour la paix et devint le meilleur ami du graveur. Il a laissé plusieurs ouvrages souvent emprunts du traumatisme subi lors des combats. Il était aussi peintre et sculpteur.

832226-V

Un autre poilu vichyssois a su inspirer l’hommage de ses contemporains : il s’agit du célèbre aviateur Eugène Gilbert (1889-1918). Grâce à Gallica nous apprenons par le « Petit Parisien » en date du 17 novembre 1915 l’origine de cette « plaquette » (médaille rectangulaire) : « Les Originaires du Plateau Central, fiers à juste titre, des exploits aériens accomplis par leur jeune compatriote, le sous-lieutenant-aviateur Gilbert, avaient décidé, au mois d’août dernier, de lui offrir une plaquette rappelant les luttes périlleuses engagées par leur courageux camarade contre les vilains oiseaux boches. »

832224-R

Mais c’est seulement trois mois plus tard, à Zurich où il était retenu prisonnier, qu’ils purent lui remettre l’exemplaire qui lui était destiné : « D’un côté de la plaquette d’or massif, l’artiste, M. Rasumny, a évoqué la victoire du « Vengeur » de Gilbert sur un aviatik que l’on voit frappé à mort, tombant à travers les nues. C’est la reconstitution par l’image d’un des plus brillants exploits du jeune héros de l’air qui, sur neuf combats engagés contre les avions allemands, réussit à abattre quatre de ces derniers. Au revers, une inscription rappelle le nom des dirigeants de la fédération provinciale qui s’honore de compter parmi ses fils un des plus vaillants champions de l’arme nouvelle. »

Félix Ramsuny (1869-1940), sculpteur, graveur-médailleur et bijoutier russe naturalisé français, était sociétaire des Artistes français et se fit notamment remarqué dans le courant Art nouveau. L’exemplaire offert aux Fonds patrimoniaux est issu de la collection de médailles du Dr Jacques Lacarin, ancien maire de Vichy, qui reste à inventorier.

Voilà donc l’hommage à deux vichyssois célèbres dûment gravé dans le métal et inscrit dans les collections patrimoniales de la ville.

Fabienne

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.