Un caricaturiste bisontin à Vichy : Alexandre Bertrand (1814-1878)

Fil d'ariane

Pour ceux qui n'avaient pas pu y assister en juin dernier, retour sur la conférence de Bérénice Hartwig, bibliothécaire à Besançon. L'occasion d'ouvrir nos pages à des collègues qui conservent aussi des trésors vichyssois et les partagent avec passion...


Pour l’exposition Cure d’eaux et réjouissances publiques du 27 avril au 9 juin 2018, les commissaires de l’exposition ont honoré Alexandre Bertrand, en le choisissant comme affiche. S’il est né à Besançon, même les bisontins (habitants de Besançon) le connaissent peu.

Les albums de ce dessinateur ont été déposés à la bibliothèque en 1901 par sa veuve. En 2016, ils ont été présentés lors des animations « une heure un livre », numérisés et valorisés dans un A la loupe, sur le site internet www.memoirevive.besancon.fr patrimoine numérisé de Besancon. Enfin, avec la coopération d’un bloggeur Bernard Jacquet, il a été présenté sur les réseaux sociaux.

Alexandre Bertrand n’évoque pas que sa ville natale aux travers de ses souvenirs. S’il se dit casanier, cet agent d’assureur est un grand voyageur. A partir de 1868, Bertrand vient se soigner chaque été à Vichy et dessine ses souvenirs.

BIOGRAPHIE

Bertrand par Jules Lunteschutz BM Besançon

Alexandre Bertrand est né à Besançon en 1814, il est le fils ainé d’un négociant, habitant le quartier Battant. Au lycée, il est l’élève de Charles Antoine Flajoulot, professeur à l’école des Beaux-Arts et l’ami de Jules Lunteschuntz qui devient un peintre célèbre à Düsseldorf. Alexandre Bertrand fait imprimer quelques estampes dans sa jeunesse et participe à une édition en 1860. Son père meurt en 1836, il a vingt-deux ans. En 1843, il projette de publier des charges (caricatures) de bisontins mais elles ne sont pas éditées. Il devient finalement agent principal des assurances-vie l'Union à Besançon. (1850-1872)

16 albums de croquis et de voyages sont conservés à Besançon, contenant environ 1500 dessins. Dans le Midi de la France (1854), il écrit « Les contrefacteurs sont prévenus qu’ils seront poursuivis selon toutes les rigueurs de la loi » et conclut avec ce qu’on devrait apprendre en voyageant :

« Quand on fait un voyage – que ce soit pour affaire ou pour son agrément on est ordinairement très exigeant. On se plaint presque toujours
Du mauvais temps ou de la chaleur
De la dureté des voitures et de la grossièreté des conducteurs
De la lenteur des chemins de fer et des bateaux à vapeurs
Des exigences des hôteliers
De la méchanceté des mets et des lits
Il semble qu’on devrait apprendre à trouver son propre lit bien bon
Pour moi - je n'ai jamais trouvé
la Comté aussi belle et aussi riche,
Besançon aussi curieux,
Ma chambre aussi confortable »

collagebertrand

 

Il égratigne aussi Salins les bains qui souhaite devenir ville de bain. En 1857, il voyage à Alger et à Barcelone, puis il part pour une Course sur les bords du Rhin en 1861. Bertrand fréquente des photographes bisontins et d’intéresse à ce nouvel outil mais il reste fidèle au dessin.

VICHY

De retour de voyage dans le Midi en 1854. Il a 40 ans et commence à prendre du ventre. Bertrand a 10 ans de plus que dans les portraits précédents et ne cache pas les effets de la bonne chère et du travail assis. Dès 1864, il a l’objectif de perdre 7 kg. En effet, c’est un gourmand, bon vivant qui se rend à de nombreux diners et à des banquets d’association. On retrouve dans ses albums de nombreux menus. 000007Finalement, Alexandre tombe malade au début de l’année 1868 : une crise hépatique dès le 1e janvier. Son frère Aimé, médecin vient à son chevet.

Deux saisons à Vichy (1868-1869)
Napoléon III lance la mode des cures à Vichy entre 1861 et 1864. A. Bertrand s’y rend dès l’été 1868 et il raconte ses bains et promenades à Vichy, il note son poids, sa correspondance, ses emplettes et les cadeaux achetés pour les amis et son frère Aimé. En 1869, Aimé et son épouse les accompagnent pour leur cure. Il part à Vichy le 26 juillet 1868 via Paris en voiture départ à 8h20 du soir- arrivée à 5 h du matin jusqu’au 22 août via Lyon (départ à 8 h 30 le soir de Lyon arrivée Besancon 5h27) Il a fait 1301 km. Il pèse 81 kg et Julie 54. Bertrand note en effet tout, son poids, ses dépenses dans la ville, ses rencontres, la météo et les évenements. En 1869, il se rend à Vichy via Lyon et rentre par Paris. Il compte 1302 km

000009Au cours de ses séjours à Vichy, il fait évidemment le circuit habituel des voyageurs, il visite la fabrique de pastilles et envoi d’une boite à son frère Aimé. Il découvre la buanderie, le bain de l’empereur, composé de plusieurs pièces toutes tapissées en toile de Vichy et la mise en bouteilles de l’eau, les magasins et la gare d’expédition des eaux minérales ou les engraissements mécaniques des poulets des princes (600 poulets répartis sur 3 tourniquets fixé par les pattes).

 

 

Le Jeudi 30 juillet, il note que c’est le 4e jour, son 2e bain et qu’il boit 2 verres. Il est suivi par le Dr Durand de Lunel. Il y a de nombreux curistes, les bains sont parfois tous retenus, il les prend alors très tôt à 4 h 45 du matin ou au milieu de l’après-midi. Et Bertrand dessine sa chambre au n° 16 de l’hôtel Dubessay, la rue de Paris du côté de la gare et du coté de l’établissement, le marché de Vichy, des silhouettes d’hommes et de femmes. Bertrand retourne à Vichy, du 15 août au 6 septembre 1871 dans la chambre n°16 de l’hôtel Dubessay. Il raconte brièvement cette saison d’après-guerre.

 

 

 

L’album Aix-les-bains


Puis en 1872, il décide de se rendre à Aix-les-bains. La sortie de la gare d'Aix est laborieuse avec tous les représentants des hôtels qui sollicitent les voyageurs. Il remarque tous les dessinateurs, photographes et peintres en ville et note la présence de bisontins ou de personnalités célèbres, comme le Duc d'Aumale. Il quitte Aix, le 23 septembre pour Chambéry, puis Annecy. Alexandre Bertrand note « Nous n’avons que des vêtements légers, Julie est obligée d’acheter des bottines». Le séjour se termine à Lyon pour visiter l'exposition. L'album est enrichi de la brochure "Quinze jours à Aix-les-Bains" par Th. Bruand d'Uzelle (Besançon : Dodivers, 1860) donné par son auteur et qui a certainement aidé à organiser ce séjour.
La famille Bertrand retournera ensuite, tous les étés à Vichy.

Alexandre Bertrand n’a pas connu Besançon les bains (1892-1932). En effet, la ville a développé une ville thermale avant la deuxième guerre mondiale. Un dimanche à Besançon les Bains  : Mémoire Vive

SOCIABILITE

Ainsi que l’écrit Bernard Jacquet « il se contenta de dessiner pour ses proches. Le dessin était pour [Bertrand] ce que l’écriture était pour d’autres, l’occasion de livrer des émotions, des sentiments, des critiques et simplement une façon de mémoriser ce qu’il avait vu et ce qu’il vivait. » A Vichy, comme à Besançon, Bertrand croque ceux qu’il côtoie, de nombreux anonymes, garçons de bains, paysannes, femmes sur le marché, religieux et religieuses. Mais aussi des hommes nommés : le pharmacien, les coiffeurs, les chefs baigneurs, le fabricant de faïence…

Auguste-Alexis Bintôt (1825-1880) est médecin militaire, né à Besançon et fils d’un libraire bisontin. C’est un ami fidèle d’Alexandre Bertrand, mentionné régulièrement dans ses souvenirs. Il est chevalier puis officier de la légion d’honneur en 1864. Si l’on trouve sa nécrologie en ligne sur Gallica, nous ne connaissons pas encore son portrait ou sa caricature.

Alexandre Bertrand note une rencontre en 1874 avec le peintre Henri Baron et croque le peintre Ernest Meissonnier, artiste peintre, spécialiste de la peinture d'histoire militaire, en 1876.

Pour finir, Alexandre Bertrand décède le 3 décembre 1878 à 1h du matin. Son frère Aimé le suit quelques heures après en avoir été averti. Sa vie ne paraît pas si éloignée de la nôtre, il évoque ses questions de poids, de souffrance et de maladie et le constat de son vieillissement. Alexandre Bertrand a le goût de la vie, c’est un gourmand, qui a le goût du voyage et de la sociabilité. Un homme avec beaucoup d’humour, un regard acerbe, aiguisé et une grande tendresse. Ces albums de souvenirs ont laissé, pour notre plus grand plaisir, la trace de sa vie et de ses cures à Vichy.

Vichy (1871-1877)
000036-1
Figures-Thermaux-Renaudin-Bertrand-Charges-000202
Grolleau-Bertrand-Vichy71-000049

Pour en savoir plus :

Sur MémoireVive Besançon, Charges et souvenirs d'un amateur éclairé, Alexandre Bertrand (1814-1878) : memoirevive.besancon.fr

000027
000009
000007
000004

Affiche-conference-Michel-Aubert
Entete-Manufacture-biberons-Robert
Publicite-biberon-Robert
Parc-Chateau-Robert
Plan-pavillon-source---Percilly
Plan-pavillon-source---Percilly---1891-05-12
Plan-pavillon-source-Rene---Percilly---1891-05-21
Plan-pavillon-source---Percilly---1891-08-02
Percilly-Chateau-1892-03-30
Percilly-Chateau-1892-08-17
Tract-Aubert-2
CP12116829354
Guide-de-Vichy-1933-Fonds-Patrimoniaux-de-la-Mediatheque
Carnet-curiste-Aubert-4
Carnet-curiste-Aubert-6
Autre-carnet-de-curiste-Aubert-1
Echantillon-pastilles-Chateau-Robert-Laval-2
Petites-boites-bonbons-Chateau-Robert-Laval-2
Boite-bonbons-Chateau-Robert-Laval-3
Limone-tract-2
Depliant-publicitaire-vantant-la-source-Chateau-Robert-et-ses-limonadesbadge-de-la-limone1--
Visiere-lunette---3
Bourbonnaise-1926-Betlej
Chapeau-de-la-petite-bourbonnaise--Aubert-1
Bouteille-eau-minerale-Aubert-1
eauxminerintro

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.