Dans la petite ville de Charles-Louis Philippe

Fil d'ariane

 Philippeaccueil

 

 

 

La médiathèque Valery Larbaud possède désormais dans ses fonds littéraires un exemplaire supplémentaire de l’ouvrage Dans la petite ville de Charles-Louis Philippe. Supplémentaire et pourtant unique.

En effet, le peintre-graveur Paul Guignebault s’est attaché à dessiner sur cet exemplaire, récemment acquis, 29 magnifiques aquarelles originales.


Née en 1871, Paul Guignebault expose au Salon de la Société des artistes français à partir de 1902, puis fonde avec Henri Boutet, une société d’impression de petites estampes produisant surtout de l’eau forte en couleurs. Plus tard, en 1912, il illustre le remarquable album pour la jeunesse, Histoire de Pierre Pons par Francis Miomandre. On ne lui connait aucun contact avec Charles- Louis Philippe, mais étant de la même génération et évoluant dans les milieux artistiques du Paris du début du 20e siècle, on peut imaginer qu’ils se sont croisés.
En tout cas, par amitié pour Eugène Dété (peintre-graveur comme lui) à qui il dédicace ce livre, Paul Guignebault s’est attaché à illustrer chacune des nouvelles de l’écrivain bourbonnais d’aquarelles d’une finesse remarquable.

 

 

Philippedans la petite ville

Dans la petite ville est un recueil de contes.


En 1908, Charles-Louis Philippe, connu du public comme l’auteur de La mère et l’enfant, Bubu de Montparnasse, Le père Perdrix est au sommet de son talent.


Cette même année, Jean Giraudoux, son ancien voisin de Cérilly, alors rédacteur au quotidien « Le Matin » lui propose une collaboration, à savoir écrire un conte par semaine, en alternance avec d’autres auteurs comme Henri Bachelin ou Léon Frapié.


« Le Matin », journal radical socialiste, est alors l’un des 4 grands quotidiens du moment. Charles –Louis Philippe est très enthousiaste car il a ainsi l’assurance d’être lu par des centaines de milliers de personnes. De plus, le journal a la réputation de bien payer ses collaborateurs, avantage non négligeable pour l’écrivain qui rédigera en tout 49 contes entre le 6 septembre 1908 et le 21 septembre 1909.

Charles-Louis Philippe va s’inspirer des récits que son père lui contait pour écrire des histoires. Mais, si beaucoup de lecteurs apprécient son ton et sa finesse d’esprit, bientôt une centaine de plaintes en provenance de Cérilly arrivent au journal. Les habitants goûtent fort peu de se reconnaître dans les contes de leur compatriote. C’est surtout la nouvelle La pièce du pape qui va soulever l’indignation. En effet, Charles- Louis Philippe y décrit l’hypocrisie d’une certaine bigote qui n’hésite pourtant pas à donner une fausse pièce lors de la quête. Elle la retrouvera plus tard dans sa bouche donnée par un curé malicieux au moment de la communion.


Bientôt, l’écrivain bourbonnais ne mêle plus le clergé à ses nouvelles mais continue de s’inspirer de son village pour distraire les lecteurs : histoires d’amour rustiques mais traitées avec finesse ou histoires romantiques d’amour adolescent…. Bref les sujets ne manquaient pas.


Fin 1909, ne doutant pas de sa mort prématurée qui surviendra à la fin de cette même année ; Charles-Louis Philippe décide de réunir en un seul volume les contes ayant pour cadre son village. En tout une trentaine de contes auxquels il ajoute Le Visiteur paru pour la première fois en 1906 dans le revue « Le Mouvement ». Les nouvelles sont regroupées par thème : le couple, l’enfant dans la famille, la mort, la vie quotidienne. Il va intituler ce recueil Dans la petite ville. Il vient juste de finir de corriger les épreuves quand il tombe malade et décède  le 21 décembre 1909 à l’âge de 35 ans. André Gide se charge alors de la parution du livre l’année suivante.


On peut donc considérer Dans la petite ville comme la dernière œuvre achevée voulue par Philippe.

 

Philippedans la petite ville2